Clic sur image pour accès au document original.

La table de Peutinger fut découverte en 1494 par Conrad Celtis. On ne sait ni comment l’humaniste vint en possession de ce document, ni où il a été préparé : si l’on se fie aux étapes de Celtis à cette époque, les bibliothèques possibles sont celles du chapitre cathédral de Worms, de Spire, de Colmar, de l’abbaye de Tegernsee, ou une imprimerie de Bâle. Elle porte le nom de l’humaniste et amateur d’antiquités Konrad Peutinger (1465-1547), qui la reçut en héritage de son ami Conrad Celtis en 1508. Bien qu’il fût dans les intentions de Peutinger de publier la carte, il mourut avant de mener à bien cette tâche. À la mort de Peutinger, une copie de cette carte fut exécutée à la demande de sa famille, et c’est grâce à cette copie qu’Abraham Ortelius en donna l’édition imprimée en 1598 à Anvers.

« Commission de la carte des Gaules »

 

Une commission impériale est crée pour l’intelligence de la table de Peutinger

 

Résultat du travail de la commission de la carte des Gaules

Les technologies nouvelles, en particulier Internet permettent à tout un chacun de consulter des documents numérisés, de recouper et comparer les sources plus ou moins anciennes, (cartes, écrits, dont des traductions sont très instructives à comparer). Cet exercice soumet à la critique du plus grand nombre les écrits de spécialiste qui souvent, n’ont pas pu accéder de manière classique à l’ensemble de ces sources. L’ancienneté d’une erreur historique, répétée, reprise et rééditée sur des siècles par des générations de spécialistes de bonne foi et fort sérieux, ne devrait plus suffire à la transformer en vérité quand il est possible avec des raison valables et objectives de remettre en cause son origine. Cetterecherche de la vérité historique ne relève pas du révisionnisme mais de l’honnêteté intellectuelle et dans ce domaine il n’y a pas de diplôme universitaire. L’obstination même des spécialistes les apparentent aux anti Dreyfusards. C’est encore trop souvent le cas mais il sera de moins moins possible de rejeter sans contradiction des travaux ou recherches d’amateurs passionnés, étayés grâce aux nouvelles technologies;   nouveaux outils de “police scientifique de l’histoire”,  accessibles à qui veut s’en donner la peine. Géoportail et Google Earth permettent de calculer les distances et itinéraires même anciens de manière très rapide et avec une grande précision.

P. Bourgis

Voici le résultat de cette commission impériale.

 

Le problème de la table de Peutinger

Si c’est Lyon qui est entre Vienne et Feurs comme l’affirme la version officielle,
 XVI Grandes lieues Gauloises seraient égale à 65 km et à 35 km. OUPSS

C’est que personne ne connaît l’unité de la mesure noté entre les villes. La conclusion officielle est que: « plusieurs unités de mesure sont utilisées » Imaginez vous traverser la France avec un GPS qui vous donne la route de Lille àParis en miles  puis de Paris à Lyon en km puis de Lyon à Marseille en Stades. Sans être informé du changement d’unité. Le GPS ne serait d’aucun intérêt. C’est impensable. Le but de ce travail est de démontrer que:

Sur la table de Peutinger

Ce ne sont pas les unités de mesure qui posent des problèmes mais: « Une mauvaise localisation des villes Romaines sur la carte de France ».

clic sur image pour voir la démonstration de J. Dassié

Hypothèse de la longueur de la lieue Gauloise par Jacques Dassiè

Pour la table de Peutinger

Coefficient J.Dassié: Une Iegas = 2450m

Sur ce trajet antique, les marges d’erreur peuvent être dues à:

1) Les chiffres Romain de la table de Peutinger n’ont pas de dixièmes après la virgule ce qui laisse pour une unité de mesure de 2450m une marge d’erreur de 1250m en plus ou en moins.
2) Les cartes d’aujourd’hui utilisent les hôtels de villes comme point de départ, ce n’était pas le cas dans l’antiquité. Les arpenteurs mesuraient depuis la porte de sortie d’une ville à la porte d’entrée d’une autre ville.
3) Les routes antiques ne sont pas clairement identifiés.
4) À l’identification donc à la localisation de certaines étapes  de la carte de Peutinger  qui peuvent raisonnablement être remisesen questionsurtout quand les lieux correspondant aux distances sont sur des carrefours de voies ou d’activités antiques reconnues .

tableau de conversion Legas en kilomètres

Localisation arbitraire des villes sur la table de Peutinger.

La localisation par la commission était arbitraire

Suite

Redirection provisoire vers le site d’origine en attendant qu’il soit intégralement recopié sur celui ci.

Merci pour votre compréhension

Print Friendly, PDF & Email