© Sur les traces de César

Années – 53 &-52

Page de garde.

Sur les traces de César en Gaule.

Résumé des 8 livres qui composent l’oeuvre de César : “La Guerre des Gaules”

 

La Guerre des Gaules (Bellum Gallicum ou De Bello Gallico). Ils sont un ouvrage d’histoire en sept livres où Jules César raconte sa victorieuse guerre des Gaules (58-52) ; ils sont complétés par un huitième livre, écrit plus tard par Aulus Hirtius. Les Commentaires sont constitués de notes rédigées au fil de la guerre, dans lesquelles César relate ses opérations militaires (pour une bonne part c’est en fait la collation des rapports qu’il rédigeait, en partie avec ses lieutenants, pour les envoyer au Sénat qui surveillait l’activité des proconsuls tels que César). Les dates et conditions de publication de l’œuvre font débat : une publication unique après la défaite de Vercingétorix, ou bien sous forme de lettres parues séparément, ou encore une publication en trois fois.

  • Livre I (58) : description des peuples gaulois, migration des Helvètes et campagne contre eux, puis contre les Germains d’Arioviste.
  • Livre II (57) : campagne contre les Belges.
  • Livre III (56) : campagne de César contre les Armoricains et de Publius Crassus en Aquitaine.
  • Livre IV (55) : campagne contre des Germains (premier franchissement historique du Rhin), première expédition en Bretagne.
  • Livre V (54) : deuxième expédition en Bretagne, révolte des Éburons et des Trévires.
  • Livre VI (53) : deuxième franchissement du Rhin, pacification du Nord et du centre de la Gaule.
  • Livre VII (52) : soulèvement général des peuples gaulois, sièges d’Avaricum, de Gergovie et d’Alésia.
  • Livre VIII (51-50) : pacification, achèvement de la conquête à Uxellodunum, situation en 50.

 

Les peuples germaniques, ou Germains (également appelés Tudesques, Suèves ou Gaut dans la littérature ancienne)

Arioviste est un chef germain installé en Gaule et qui lutta contre les Romains lors des campagnes de conquête de Jules César.

Les Helvètes (Helvetii) sont un ensemble de peuples celtes de l’extrémité orientale de la Gaule établis sur le plateau suisse

Les Belges correspondent aux populations qui occupaient la Gaule septentrionale (principalement la Gaule belgique), entre la Manche et la rive gauche du Rhin, au nord de la Seine.

Publius Licinius Crassus Dives est l’homonyme de son grand-père, Publius Licinius Crassus Dives, qui fut consul en 97 av. J.-C.

Eburon et Trevires : Deux peuples de la Belgique

Résumé du livre VI qui précède celui qui nous intéresse.

 

Cependant César se méfie encore et se fait envoyer des renforts par Pompée ; effectivement, les Gaulois sont en train de reformer une ligue pour reprendre la lutte. Lorsque César, après avoir écrasé les Nerviens, réunit tous les chefs Gaulois, les Sénons, les Carnutes, les Ménapiens et les Trévires refusent de s’y rendre. Les deux premiers se rallient, effrayés par les légions romaines en marche. Les Ménapes sont défaits facilement. Contre les Trévires, Labienus, qui a la charge de la légion locale, fait mine de s’enfuir, attire les Gaulois sur un terrain défavorable et les vainc. Les Suèves, qui doivent arriver en renfort, rentrent chez eux, mais cela suffit à décider César à refranchir le Rhin. Il apprend par les Ubiens que les Suèves l’attendent en embuscade dans une forêt.

César fait une pause dans le récit pour analyser les différences entre Gaulois et Germains. Les Gaulois, à tous les niveaux, sont divisés en deux partis rivaux. Dans la hiérarchie sociale, seuls sont estimés les druides et les chevaliers. Les druides servent aussi d’arbitres dans les conflits privés. Leur prestige est grand, leur fonction difficilement accessible au profane. Selon César, les pratiques druidiques trouveraient leur origine en Bretagne. César ajoute à sa description la pratique du sacrifice humain. Les Gaulois sont très religieux. Ils honorent principalement Mercure (Lug). Quant aux Germains, ils sont moins évolués : ils vivent essentiellement de la chasse et de l’élevage. Pour éviter une sédentarisation qui les amollirait et les détournerait de la guerre, leurs possessions foncières sont limitées à un an. Jadis dominés par les Gaulois, ils sont du temps de César plus puissants, car ces derniers se seraient, au contact de la civilisation hellénistico-romaine habitués au confort et au luxe. César décrit ensuite la forêt hercynienne qui s’étend de l’Helvétie à la Dacie, et les animaux rares qui y vivent.

César, refusant de suivre les Germains dans cette forêt, fait surveiller la région pendant qu’il tente de capturer Ambiorix et extermine son peuple. C’est alors que les bagages entassés dans le fort d’Atuatuca attirent les Germains qui infligent de légères pertes aux Romains, se retirent aussitôt et laissent la garnison démoralisée. La description de la bravoure dont fait preuve un soldat romain pendant cette bataille atténue par contraste l’impression négative produite par la situation désavantageuse du camp et le manque de vigilance qui en est à l’origine. En rentrant d’expédition, César reprend en main la situation, avant de retourner à Rome.

pendant ce temps, à Rome

SPQR : Le Sénat et le Peuple de Rome.

 

En – 53, Trois hommes gouvernent la république Romaine c’est un : triumvirat.

Ils sont :

  • Pompée, très riche était le conquérant de l’Hispanie (Espagne).
  • Crassus qui est populaire grâce à sa victoire contre Spartacus et ses esclaves.
  • Jules César est un élu des « populares », c’est-à-dire du peuple.

Chacun d’entre eux administre une province romaine : C’est un proconsul.

  • Pompée est proconsul de Rome. C’est le plus puissant.
  • Crassus est le proconsul de la Syrie romaine (proche orient). Il est très riche.
  • Jules César est proconsul en Gaule. Il est l’élu des populares c’est-à-dire par le peuple de Rome.
Print Friendly, PDF & Email