Où est Gergovie ?

César est à Décize sur le fleuve Loire actuel. C’est à 45 km à l’Est de sa confluence avec l’Allier.

 Il écrit: Livre VII chapitre 34

« César, à la tête de six légions s’avance vers Gergovie

le long de la rivière LAUER. »

La contre enquête, si on veut la faire sérieusement, devra commencer par identifier les noms des fleuves entre l’époque de Jules César et l’année 1560. Cette date est celle de l’hypothèse hasardeuse de Siméoni qui a rapproché le nom d’une ferme Clermontoise nommée « GIRGIA » et « Gergovie ». C’est cette ressemblance entre ces deux noms qui lui a permis de conclure que la colline situé derrière cette ferme était “Gergovie”, l’oppidum décrit par César.

Ferme “EGIRGUIA”==>

“Gergovie est sur le fleuve LAUER”

Pas sur le fleuve “LIGER”  S I C

 

Les quatre auteurs ci dessous n’ont pas subi l’influence de Siméoni de Siméoni, qui, en 1560, nommait “Gergovie” la colline de “Merdogne” appelée ainsi depuis l’époque celte. Siméoni nomme “Lauer” le fleuve Clermontois et non plus Liger.

LE LIGER

de Strabon

clic sur image

LE LIGER

 de Ptolémée

clic sur image

LE LIGER

de César

clic sur image

LE LAUER

de César

clic sur image

LE LIGER

au moyen âge

clic sur image

Conclusion

Dès la fin du premier chapitre,  voici que déjà 22 documents pour confirmer que le fleuve Clermontois se nommait  le « LIGER » jusqu’à la fin du Moyen-Age. Tous ces documents sont antérieurs à 1560, date de  l’hypothèse de Siméoni. Qui aurait idée de traiter leurs auteurs de complotistes ?

Toutes ces infos sont compatibles avec un oppidum de « Gergovie à St Maurice de Lignon ». En revanche, elles démontent toutes les hypothèses Clermontoises car ce n’est pas le fleuve  “Lauer” qui traversait la plaine de la Limagne mais “Le Liger”.

 En -52, César est à Décize, à 45 km du bec d’Allier sur la Loire. Il  remonte le « LAUER » pour aller à Gergovie. C’est difficile d’imaginer que les érudits contemporains ne s’en soient jamais rendus compte avant nous. Certains d’entre eux nous traitent parfois de “théoriciens du complot”, alors que nous respectons les textes anciens à la lettre.  Il est facile de le vérifier en visitant le site officiel sur les trois dernières pages de ce lien. Il y a aussi d’autres “Gergovie” présentés sur le site. Inconnus, ces multiplier approches brouillent beaucoup les pistes. Bien peu ne se posent la question de savoir si “Gergovie à Merdogne” était crédible. Personne n’irait  chercher ailleurs !

 

Vingt-deux textes anciens, loins de la polémique “Gergovie” témoignent ci-dessus que :

Le fleuve Clermontois se nommait “LIGER”.

Or César, à Décize, dit: “remonter le fleuve  “LAUER” pour aller à Gergovie.”  ( S I C )

Print Friendly, PDF & Email