Uxellodunum.

 C’est le nom de l’oppidum où a eu lieu la dernière bataille de la guerre des Gaules. Jules César y a vaincu Luctérios et Drappès, deux chefs Gaulois rebelles.

Ce buste de Luctérios est exposé à la Bibliothèque de Cahors, place François-Mitterrand a inspiré le personnage d’Astérix le Gaulois d’Uderzo.

Les “Uxellodunum”

Les sites supposés être Uxellodunum sont nombreux pour une seule ville: Luzech, CapdenacLe Puy d’Issolud, Cantayrac, Murcens etc.

Un par un j’ai voulu les étudier pour trouver le vrai. Aucun ne semblait compatibles à 100% aux descriptions de César. En effet, dans son texte de la Guerre des Gaules César décrit une falaise au bas de l’oppidum et une source importante au pied de cette falaise. Cette source doit être à 300pas d’une rivière (90m). Elle doit être capable d’alimenter en eau la population d’une grande ville   avec le bétail indispensable à sa survie ainsi que 2000 soldats Gaulois en arme. Elle doit pouvoir fournir entre 6 et 10 mètres cube d’eau à remonter sur l’oppidum chaque jour. Je n’ai pas vu cette source sur les hypothèses en cours.

Ceux qui s’intéressent aux batailles de la guerre des Gaules savent que les sites officiels de Gergovie à Merdogne et d’Alésia à Alise Ste Reine sont vigoureusement contestés. À la vue de ces nombreuses hypothèses sur Uxellodunum, Je ne savais pas que le site officiel de Capdenac l’était autant. Il faut préciser que dans ces trois cas c’est Napoléon III qui les a validé.

En vérifiant sur Géoportail la crédibilité du dernier Uxellodunum de ma liste qui était celui de Murcens J’ai vu qu’aux alentours de ce site, près du village de Cabreret il y avait une résurgence au pied d’une falaise. Je connaissais celle de Fontaine de Vaucluse où la Sorgue prend sa source et j’ai voulu vérifier si celle-ci ne pouvait pas être celle qui est décrite par César au pied de la falaise du Pech de la Cal. En effet, si les vestiges archéologiques se perdent une source aussi importante doit exister encore.

Revenons à la guerre des Gaules après Alésia.

Livre VIII: ch 30 à 45. Texte ici:

Après la défaite Gauloise d’Alésia deux chefs  Gaulois Drappès et Luctérios ont levés une armée de brigands. Ils se dirigent vers la Provence et sont poursuivis par deux légions.  Caninius commande ces troupes qui vont les conduire jusque chez les Cadurques (région de Cahors). Les Gaulois vont se réfugier sur l’oppidum d’Uxellodunum. Ce sera la dernière grande bataille de César en gaule qui se terminera par une victoire Romaine.

 Gergovie, Alésia, Bibracte, Cénabum, Avaricum etc. ont résistés à Rome pendant ces deux années 52 & 51. Ces villes rebelles ont toutes disparues de la mémoire collective. Pas de bataille à Bibracte mais les Eduens (bourguignons) ont soutenus Vercingétorix. La capitale avait elle aussi disparue. Elle a été redécouverte par J.J Bulliot un marchand de vin Bourguignon. L’oppidum de Gergovie Merdogne est une hypothèse très controversée de Siméoni qui date de 1560. Alésia serait en Bourgogne d’après une hypothèse de Stoffel officier de Napoléon III. Cet Empereur a rapidement validé les choix de Gergovie à Merdogne celui d’Alésia à Alise Ste Reine pour utiliser le personnage de Vercingétorix à des fins politiques nationalistes. Malgré les incohérences entre le texte très précis de César et la géographie de ces oppida, rien n’a évolué officiellement.

Dans le Quercy Drappès et Luctérios ont eux aussi essayés de résister à César à Uxellodunum. Si comme moi vous n’avez pas trouvées un site 100% conforme au texte de César dans les hypothèses en cours essayez celle-ci.

Uxellodunum: ici encore, César est très précis pour sa description.

 ch41. Alors ils se mirent à venir tous chercher de l’eau en un seul endroit, au pied même du mur de la ville, où jaillissait une source abondante, du côté que laissait libre, sur une longueur d’environ trois cents pieds, le circuit de la rivière. 

// En même temps, ils creusent des conduits souterrains dans la direction des filets d’eau et de la source où ceux-ci aboutissaient ; ce genre de travail pouvait être accompli sans aucun danger et sans que l’ennemi le soupçonnât. 

// Du haut de cette tour, de l’artillerie lançait des projectiles sur le point par où on l’abordait, et les assiégés ne pouvaient venir chercher de l’eau sans risquer leur vie si bien que non seulement le bétail et les bêtes de somme mais encore la nombreuse population de la ville souffraient de la soif. 

BG VIII: ch43. On construit un terrassement de soixante pieds de haut, on y installe une tour de dix étages, qui sans doute n’atteignait pas la hauteur des murs (il n’était pas d’ouvrage qui permît d’obtenir ce résultat), mais qui, du moins, dominait l’endroit où naissait la source.

Les ruisselets qui alimentaient la source furent coupés par nos canaux souterrains et détournés de leur cours. Alors la source, qui ne tarissait jamais, fut brusquement à sec

 

S’il y a beaucoup de grottes et de résurgences dans le Quercy, Il ne doit pas y en avoir beaucoup avec les septs caractéristiques ci dessous définies par Jules César.

  • 1) Au pied d’une falaise.
  • 2) À 80m d’une rivière.
  • 3) La rivière ne peut pas être détournée. (Elle coule dans un canyon)
  • 4) Capable d’alimenter la population d’une ville, son bétail, ses bêtes de somme et + de 2000 soldats.
  • 5) Avec des tunnels d’évacuation.(ici quatre)
  • 6) Alimentée aussi par des ruisseaux. (ici deux)
  • 7) La tour de Cinq étages sur sa base de 17m doit dominer la source.

Il n’est pas possible qu’une source aussi abondante disparaisse.

Les 7 éléments décrits par César sont indispensables à l’oppidum d’Uxellodunum

En fouinant sur  Géoportail autour de l’oppidum de Murcens on est tombé sur un lieu à une douzaine de km qui a retenu notre attention. 

Le Pech de la Cal.

En fouinant sur Géoportail autour de l’oppidum de Murcens on est tombé sur un lieu à une douzaine de km qui a retenu notre attention.

1) Un oppidum

2)  Une résurgence avec une source très importante.

3) Elle est au pied d’une falaise.

4) Elle est à 90m de la rivière.

5) Un ruisseau alimente cette source. Il est détourné en amont.

6) César parle de plusieurs galeries pour vider la source. Quatre galeries alimentent en eau ce moulin à roues horizontales.

7) La tour doit pouvoir dominer la source.

1er : Un oppidum

2ème : Une source abondante

3ème : Au pied d’une falaise

4ème : Une rivière à 88m de la source

5ème :  Un ruisseau détourné

6ème : Quatre galeries sous le moulin

Un moulin à quatre roues d’entrainement horizontale.

Ce genre ‘ouvrage implique un bassin de retenue, un puy de vidange, un tunnel et une chambre d’entrainement de la roue motrice.

Le moulin de la Pescalerie est un moulin troglodyte situé à la sortie d’une résurgence d’eau. Il n’est plus en fonction aujourd’hui, mais la visite permet de voir le bassin au pied de la falaise, ainsi qu’une cascade. Dans le moulin, les puits et les meules sont envahis par la calcite, ce qui montre la puissance des ruisseaux locaux.

Fédération Française des moulins.

“Ce moulin hydraulique de la Pescalerie est de datation inconnue à ce jour, est construit sur la résurgence d’une rivière souterraine qui se forme dans le causse de Gramat et qui réapparaît dans la vallée du Célé. La visite du site permet de voir le bassin au pied de la falaise, une cascade calcifiante, le moulin équipé de quatre paires de meules actionnées par quatre roues horizontales placées dans des cuves et la maison du meunier à droite du moulin. Les bâtiments ne se visitent pas, mais le site, facilement visible depuis la route, mérite le détour lors de votre passage dans le département.”

On a trouvé des photos d’un plongeur qui a exploité l’intérieur de la grotte mais pas le chemin de l’eau à l’intérieur du moulin.

Par contre on sait que tous les moulins à roue horizontales sont systématiquement alimentés par des tunnels. Peut être que ce moulin a réutilisé les galeries percées par les légionnaires de César.

Exemple de moulins à roue horizontale en haute provence.

Vidéo d’un moulin à roue horizontale. https://youtu.be/OSGelsrfD4Q

 

Si un moulin possède quatre roues horizontales,

il possède aussi quatre tunnels d’alimentation.

 

Or César parle de plusieurs tunnels sous la Source.

ch 41: En même temps, ils creusent des conduits souterrains dans la direction des filets d’eau et de la source où ceux-ci aboutissaient, ce genre de travail pouvait être accompli sans aucun danger et sans que l’ennemi le soupçonnât. 

Il y a quatre tunnels d’alimentation pour les roues de ce moulin. Est-ce ces tunnels ne pourraient pas être ceux creusés par les terrassiers de César?

Le moulin se serait ensuite installé sur des ouvrages sous terrain bien plus ancien que lui. Si on regarde bien la configuration de la résurgence en haut du talus, il serait bien plus facile d’installer des roues à aube que de percer quatre tunnels.

Schéma de la Source

En cliquant sur l’image diaporama ci-dessous, on peut voir sur la première image  la situation de la source à l’époque de Uxellodunum tel qu’elle est décrite dans la guerre des Gaules et sur la deuxième image la situation de la source avec le moulin actuel équipé de ses quatre roues horizontales alimentées par quatre tunnels. On y a rajouté la tour de 5 étages en face de la source que César dérit plus loin dans son texte. Cette tour était destinée à gêner l’approvisionnement en eau des Gaulois pendant que les terrassiers Romains creusaient des tunnels sous la cuve d’eau.

 

“La bataille de la source” et “le moulin de la Pescalerie” dans le diaporama ci dessous.

Je précise que les dessins ci dessous ne sont pas des portraits robots définis à partir du texte de César mais des shémas du site de la Pescalerie

Print Friendly, PDF & Email