Dix vallées, dix “Signolles d’Alerte”

Toutes les rivières du bassin versant de la rivière Eyrieux sont dans des vallées dont chacune d’entres elles portent un lieu dit “Signolle” ou apparenté. Elles sont orientées NE / SO et débouchent sur deux points principaux qui se trouvent sur la route du Puy en Velay, ils sont Le carrefour de Mézihac et la région des Estables. La route qui regroupe les voies venant de Privas et d’Aubenas passent elles aussi par ce carrefour de Mézihac.

Si l’hypothèse est bonne, aucune armée ennemie ne doit pas pouvoir passer cette région sans être repérée et localisé en permanence. Il faut la surprendre avant qu’elle n’atteigne son but. On devrait trouver un seul “Signal” par voie de communication.

L’étendue du bassin versant de la vallée de l’Eyrieux et son relief accidenté imposent un poste de garde intermédiaire permanent: “Les Signolles d’Albon d’Ardèche”qui dominent la vallée de la Glueyre.

NB: les lieux dits “Signolles” sont toujours à mi pente. En effet depuis le haut d’une colline on domine le paysage mais c’est très difficle de surveiller ce qui se passe à ses pieds.

Localisation du bassin versant de lavallée de la rivière le Doux à Est du Velay.

clic sur image

Pas de problème de communication visuelle entre le “Testavoyre” et les “Signolles” de Sainte Agrève.

clic sur image
1)  Les Signols d’Albon ou de la rivière la Glueyre.

Les Signolles d’Albon d’Ardèche ou de la vallée de la Glueyre sont un poste intermédiaire qui relaye les feux d’Alerte de la partie la plus au Sud de la vallée de l’Eyrieux vers le mont Signon. Ils sont a 18 km à vol d’oiseau l’un de l’autre  et il n’y a pas obstacle physique entre les deux postes.

2)  Le Rocher Gourdon (Garde)

Il surplombe les deux routes qui viennent de Privas et d’Aubenas. Elles sont les voies principales d’accès au Velay. Ce poste de garde au sommet d’un piton rocheux est visible depuis le Signol d’Albon. Le carrefour de Mézihac est le passage incontournable pour aller au Puy en Velay.

3) La serre du Gignol

Ce toponyme est très proche de celui de Signol.  Comme les autres Signolles il surplombe  une vallée qui relie l’Eyrieux à Mézihac. Il est proche du sommet de la Serre du Puy. Il et plus haut que deux lieux dit basse garde et haute garde.  Un ruisseau «Lavernas»  indique peut être que nous sommes encore en Auvergne. César pour aller de Décize à Gergovie remonte le cours d’un fleuve “Le Laver” (Le Lauer) d’où peut être Lavernias pour le pays du “Laver”

4)   Le Signolle Rousset

Le Signolle Rousset  controle le passage dans la vallée de l’Orsanne. Un feu d’alerte sera vu depuis le signal de la Glueyre et retransmi au mont Signon.

Une curiosité locale de la Christianisation des lieux dits: Une colline se nomme “le Purgatoire” a son pied, elle se nomme “le Paradis” à mi hauteur et “l’Enfer” au sommet.

5)  Les Signolles d’Albon d’Ardèche ou de la Glueyre

Au pied de  la Serre de Perrier ( 1087 m) les Signolles d’Albon surveillent le trafic dans la vallée de la rivière la Glueyre. C’est le poste de surveillance permanent de la vallée de l’Eyrieux. Toutes les alertes qui seront actives au Sud de ce poste seront relayées par lui au mont Signon. La route débouche vers le croisement de Mézihac. C’est là que les troupes du Velay seront dirigées depuis le mont Signon.

6) Les Signolles de la rivière Talaron.

En haut de la colline du Signolle de Talaron, le toponyme « Le bois du Seigneur » revient très souvent auprès du sommet d’un « Signal d’alerte». Il revient si souvent qu’on peut se poser la question : Est-ce que ce ne serait pas des anciens « Bois du Signolle » Christianisé en « Bois du Seigneur »

7)  Le Signe Chazalet de la vallée de la Dorne.

Il surplombe la vallée de la Dorne au Nord des Signolles de Talaron. Il est visible à 12 km à vol d’oiseau du mont Signon. A michemin la vallée se divise en deux routes dont l’une rejoint le carrefour de Mézihac et l’autre le Gerbier des Joncs. La signalerie de l’oppidum de la Farre au Sud Ouest informera le mont Signon du changement de la route prise par les belligérants vers le Gerbier des Joncs.

8) La Signalerie de la vallée de la Dorne.

Une l’armée ennemie remonte la vallée de la Dorne  et  change de direction à mi chemin vers le mont Gerbier des Jonc. Cette nouvelle route sera balisée par le poste de la Signalerie. Depuis le mont Signon l’information sera vue et l’armée de secours se dirigera vers le mont Gerbier des joncs.

9) Le Chastéou de la vallée de l’Azette

C’ est une impasse, un cul de sac qui fini sur un plateau où pour y accéder il faut passer de 745 m d’altitude à 1130 m en moins de deux kilomètres. Les  gorges sont étroites et les routes sont taillées dans la roche. C’est la seule vallée qui ne possède pas un flanc de colline au nom de « Signolle » ou apparenté. On peut voir deux raisons à cette absence: 1) La sortie de ce cul de sac n’était pas un passage carrossable vers le Velay. 2) Le nom de « Signolle » a peut être disparu de la mémoire collective. La solution N°1 semble la plus crédible.

Cependant sur la rive droite de l’Azette, une montagne domine le site elle se nomme le Chastéou. Il n’y a pas ou plus de château sur ce sommet. Est ce que ce Chastéou était le poste du Signolle d’alerte de cette vallée?  où est ce que n’il n’y en avait pas ? 

10) Les Seignolles de la vallée de l’Eysse.

Vers la source d’un ruisseau dit “des Seignolles” un sommet domine la vallée. il ressemble a une place forte ancienne. Il doit être le lieu “du Signolle” avant d’être la Serre de Jusclas. Sur la 4ème diapositive ci jointe le sommet de cette colline ressemble étrangement à une place forte.

11) Le Signeronde de la vallée de la Rimande.

C’est une petite vallée qui débouche vers le mont Signon. Si une armée ennemie passe par ici, elle sera rapidement interceptée aux fonds des goges abruptes de cette vallée.

12) Le Signe Bernard de la vallée de l’Eyrieux

Il signale le changement de direction des envahisseur qui vont remonter la rivière jusqu’à St Agrève. Cette information transmise au mont Signon permettra de diriger les troupes de secours dans cette région.

Les Châteaux et Signolles le long de la rivière Eyrieux.

 

Les châteaux sont tous au Nord de la rivière Eyrieux sur sa rive gauche. La particularité de ces localisations est qu’ils sont tous en face du mont Signon et qu’il n’y a pas d’obstacles visuels entre eux et le mont Signon en Haute Loire. Comme pour les lieux dit “Signolle” ils sont à mi hauteur des pentes abruptes de ces gorges.

13) Le Château vieux de Chalencon.

Le château vieux de Chalencon est positionné comme les autres points de signalement c’est à dire sur la rive gauche de la rivière Eyrieux. Comme le château de Rochemure c’est aujourd’hui un éboulis de pierre qui ne semble intéresser personne. Il s’intègre parfaitement dans cette hypothèse. A moins d’un km de lui, le château neuf de Chalencon a les mêmes carractéristiques. Il est plus récent et en vue directe avec le mont Signon.

14) Le Château de rochemure.

Le château de Rochemure est un pic rocheux je n’ai pas trouvé de documentation sur son utilité mais cette hypothèse de position d’alerte correspond bien a sa localisation.

15) Le Signalas.

Le Signalas est en face du mont Signon sans obstacle géographique entre les deux positions. 

15) Les Sagnes de l’Eyrieux.

Voici une définition de “Sagne” 

SAGNE

Etymologie : Du celtique sagna ou/et du gaulois sagna qui signifie “terre marécageuse”: marais, tourbière, qui a laissé de nombreux lieux-dits dans le Jura, le Massif Central et les Alpes.

Autres formes : Sagnes, Sagnet, Sagnolle, Sagnoux, Sagnier, Sannier, Dessagnes, Dessaignes, Lassagne.

Les patronymes: Seignemartin et Seignemorte signifient “marais de Martin” et “étang mort”.

Beaucoup de lieux dits “Sagne” sont répertoriés dans cette vallée de l’Eyrieux. Pourtant l’éthimologie du nom ne correspond pas du tout à la géographie du lieu dit. En effet ils sont souvent sur des pentes arrides dépourvue d’eau. Ceci nous laisse à penser qu’il sagit plutôt d’un mauvaise retranscription de “Signole”.  Deux exemples  sont décrits dans le diaporama ci dessous

La disparition des toponymes et leurs mauvaises retranscription permet de suposer que les réseaux de sigaux d’alerte étaient bien plus étendu de ce qu’on peut s’imaginer aujourd’hui.

16) Les bois du Seigneur

Seigneur:   aristocrate, baron, cavalier, châtelain, dieu, écuyer, gentilhomme, grand, hobereau, lord, magnat, maître, monsieur, noble, prince, puissant, roi, sire, souverain, suzerain, évêque

Seigneur n’est pas un titre, c’est un qualificatif pour marquer le respect quand on s’adressait à une personnalité ou à dieu. En Général un seigneur a un titre et quand on parle de ses domaines c’est son titre qui est cité ex: le bois du baron. Tous les nombreux “…. du Seigneurs” que l’on a trouvé sont dans le même cas de figure que les “signole” d’alerte. C’est à dire qu’ils sont tous en face d’un autre “Signole” et au sommet d’une colline. On pense que ce sont des “Signoles” qui ont été christianisés en “Seigneur” pendant l’évangélisation de la Gaule.

Print Friendly, PDF & Email