Cette page est destinée à stocker des informations complémentaires pour l’hypothèse de “Gergovie àSt Maurice de Lignon”.

1) La Loire c’était le Lauer et l’Allier c’était le Liger.

Les noms des habitants des départements de la Loire (42) et de la Haute Loire (43) sont aujourd’hui les Ligériens et les Altiligériens. Depuis l’antiquité jusqu’à la fin du moyen âge c’était l’Allier qui se nomait le Liger .

Pourquoi cette inversion ?

 

2) Le Velay sous haute surveillance

Extrzait d’un texte de Lars Wedin sur l’art militaire et sur l’intéret de l’effet de surprise:

texte original ici 

Une surprise stratégique, qu’est-ce que c’est ?

 « La surprise devient par conséquent le moyen d’acquérir la supériorité… Lorsqu’elle réussit, elle sème la confusion et brise le courage de l’ennemi… » Il souligne aussi le fait que plus on est dans la tactique, plus la surprise est réalisable, alors que plus on s’approche de la politique, plus elle est difficile à mettre en œuvre.

Dans son ouvrage Études de combat de 1870, Ardant du Picq révolutionne l’idée de la morale de combat. Il constate que, quand les deux armées adverses sont à égalité de forces, la surprise est le seul moyen de mettre la chance de son côté. « L’adversaire surpris ne se défend pas, il cherche à fuir. » Le maréchal Foch souligna aussi la surprise comme moyen de casser la volonté de l’ennemi. Sa recette est une attaque forte, rapide et inattendue. Il ne s’agit donc point de ruses.

Dans son monumental Théories Stratégiques Castex note que : « La surprise confère des avantages considérables et doit être recherchée ». « La surprise est essentielle pour la réussite de la manouvre et elle exige surtout le secret mais aussi, entre autres facteurs, la vitesse et le mouvement. »

Chez Liddell Hart, l’idée même de maintenir l’adversaire dans l’incertitude quant à nos intentions est centrale. Il note que la surprise relève de la psychologie. Le mouvement et la surprise se complètent. Ensemble, ils concourent à la réduction du vouloir de l’adversaire. SunTse exprime d’ailleurs clairement cette idée : « Prévoyez tout, disposez tout, et fondez sur l’ennemi lorsqu’il vous croit encore à cent lieus d’éloignement : dans ce cas je vous annonce la victoire » car « Un ennemi surpris est à demi vaincu ».

Pouvait on envahir le Velay sans se faire repérer ? 

 

Print Friendly, PDF & Email