Trois axes principaux au Sud du Velay

Pour être efficace un système d’alerte défensif doit baliser ces trois voies. On a étudié la toponymie de ce secteur et en effet des postes de garde étaient placés tout au long de ces routes. En comptant sur la vigilance des habitants la Métropole du Velay pouvait être au courrant des évolutions d’une armée ennemie. Le but était d’être sûr de pouvoir envoyer une contre offensive au bon endroit. En effet dans ce pays montagneux une armée ennemie pourrait changer instantanément de direction plusieurs fois pour brouiller les pistes afin de ne pas se faire intercepter avant d’arriver à la métropole. L’intérêt de ces postes de garde était d’éviter ce genre de situation. Envoyer son armée à Arlempdes si l’ennemi arrive par St Privas d’Allier démontrerait l’impuissance et l’incompétence des dirigeants de ce territoire.

Ce système d’alerte a un seul défaut. Il est inopérant en cas d’épisode neigeux important. Mais tout le monde sait que l’hiver n’est pas la saison des batailles. Même Jules César est au courant de ces postes d’alerte. Ils pourraient justifier son incursion militaire dans les Cévennes en plein hiver avec 6 pieds de neige soit des congères de 1,8m.

La guerre des Gaules: Livre VII chapitre 8.

     Après avoir pris ces dispositions, comme déjà Luctérios arrêtait son mouvement et même reculait, parce qu’il trouvait dangereux de s’aventurer au milieu de nos détachements, César part chez les Helviens. Les Cévennes, qui forment barrière entre les Helviens et les Arvernes, étaient en cette saison, à l’époque la plus rude de l’année, couvertes d’une neige très haute qui interdisait le passage, néanmoins, les soldats creusent et écartent la neige sur une profondeur de six pieds, et, le chemin ainsi frayé au prix des plus grandes fatigues pour les hommes, on débouche dans le pays des Arvernes.

Des centaines de collines  décorent le paysage au Sud du Puy en Velay, ce sont les Sucs très connus des cruciverbistes. Sur l’image du diaporama de Droite on peut voir pointées celles qui  portent le nom de « Garde » dans cette zone. Elles semblent suivre trois grands axes routiers du Sud Ouest du Velay. 

* La première à l’Ouest suit l’Allier entre Langogne et St Privas d’Allier.

* La deuxième croise cette partie du Velay en diagonale SO / NE. Elle relie Landos au Puy en Velay.

* La troisième suit le cours de La Loire entre Arlempdes et le Puy en Velay.

1) La voie le long de l’Allier.

Landos => St Privas d’Allier

Le Mont Devès

Le mont du Devès est une colline allongée sur un axe Nord Sud elle est parallèle à la rivière d’Allier. Le point culminant de cette chaine est à 1417m d’altitude. De nombreuses collines dites « des gardes » sont localisées entre le Devès et l’Allier. Le Devès a un accès visuel direct sur ces collines par contre il leur coupe la vue sur le Puy en Velay. Il doit être le point de relayage ou le « Signolle » des alertes si une armée ennemie suit cette route. Sur Géoportail il n’y a pas de toponyme pouvant laisser espérer que ce lieu puisse être un lieu de « Signolle d’alerte » sauf peut être un village “Chassignolle” à l’Est du point culminant et un autre village « Rossignol » à l’Ouest . Ce cas de figure est si fréquent que ce ne peut pas être une coïncidence.

On avait planté comme décor le plateau de Polignac en tant que PC des alertes du Velay. Mais ce coté-ci présentait une difficulté majeure. Il y avait un gros problème. Le plateau de Polignac n’est pas en vue directe avec le Devès. En effet la colline de « La Denise » coupe cette vue.    OUPSSS

Je n’avais aucune info du coté Géoportail l’hypothèse était morte à peine née jusqu’au jour où j’ai vu une publication sur Face Book qui parlait d’un « bois des Seigneurs » en face de la citadelle de Polignac. Les photos étaient surprenantes.   par contre sur Google Earth ce toponyme existe bien. Il est sur la colline de « La Denise » au Sud Ouest de Polignac.

Ce toponyme “bois des Seigneurs” a été bien entendu attribué à un parc réservé pour les seigneurs de Polignac. Ceux ci auraient fait aménager ce lieu pour des promenades romantiques.  Mais ce toponyme est au pluriel ce qui correspond bien aux  Signoles d’alerte autour de lui. 

Des bûchers sont en attente sur les sommets; ils sont prêt à être allumés. Si une armée ennemie remonte le long de l’Allier grâce à la vigilance de la population locale et elle sera repérée par tous ces postes de garde. Sur le mont Devès le poste de garde permanent voit un premier feu d’alerte allumé. Il transmet l’information au Signolle de la Denise. Une armée sera rapidement levée pour aller à sa rencontre du côté de St Privas d’Allier. Depuis le Signolle du Devès il verront l’évolution de la marche des ennemis ce qui permettra de guider l’armée locale.

Si elle change de direction ce seront d’autres postes de garde qui prendront le relais.

tentPolignac: D’habitude les donjons sont au centre des châteaux. Celui de la citadelle de Polignac est déporté sur le côté Nord Est. Cette position lui permet d’avoir une vue directe sur le Signolle du mont Bar (Céaux ou signaux d’Allègre) évidemment en face de Polignac. La colline de Flayac coupe la vue entre la citadelle et le mont Bar. Le déport et la hauteur de ce donjon permettent de rétablir un contact visuel direct entre les deux points.

 On pensait que Polignac était le PC de surveillance du Velay.  Mais personne ne peut affirmer qu’une tour de 35m  ait pu exister avant le MoyenÂge. Pourtant ce plateau basaltique était un oppidum bien avant la conquête des Gaules. Le mont de la Denise est parfait pour être ce PC de surveillance.

Avec son bois des Signolles (Seigneurs)

La colline de “la Denise” était le P C de sécurité du Velay.

2) La voie le long de la Loire.

Arlempdes => Le Puy en Velay

Depuis le mont de la Denise.

Depuis ce PC de surveillance du Velay une armée ennemie ne pourra pas suivre la Loire sans être repérée par la vigilance de ses habitants. Le poste de garde du Ceyssoux est un poste intermédiaire entre le Puy en Velay et la garde près de Peyrebeille. Il assurera le relais entre la partie la plus au Sud et le mont Denise où Le bois des Seignolles (Seigneurs) recevra l’information

La garde des Ceyssoux est à 14km â vol d’oiseau du PC de la Denise. Avec un poste permanent elle va reprendre la surveillance des Signolles plus au Sud. On a déjà trouvé d’autres “Signolles” qui se nommaient « Le Cey » idéalement placés dans le massif du Pilat. Est-ce que ces deux noms ont la même origine étymologique? Pour nous il n’y a pas de doute.

Dans le diaporama de droite, vous pourrez constater la chaîne des postes de garde le long de la Loire. comme d’habitude, une colline intermédiaire la garde du Ceyssoux à une quinzaine de km de la Denise relaie les signaux d’alerte depuis la garde de l’auberge de Peyrebeille. 

Ces chaînes d’alerte existent depuis la vallée du Rhône mais une démonstration complète exigerait un lourd travail. On se contentera de la surveillance du Velay.

3) Entre Landos et le Puy en Velay

Landos => Costaros => Puy en Velay

 C’est la voie verte. Elle croise le plateau de Cayres en diagonale pour rejoindre le Puy en Velay. Là aussi de nombreux postes de vigilance nommés « Garde » balisent cette route. Ils seront relayés par le poste de garde permanent de « La Garde Piavade » qui est en contact direct avec le Bois des Seigneurs de la Denise. Aucune armée ne pourra accéder au Puy sans être signalée par un de ces nombreux postes.

Toutes ces gardes sont sous le contôle de la Garde Piavade qui surveille aussi bien la route venant de Landos que celle venant d’Arlempdes. Les Gardes de Cereyzet et de Naves peuvent signaler un changement de direction d’une armée qui remonte le long de l’Allier et qui prend la voie la plus courte pour rejoindre le Puy en Velay.

On peut noter que ces alignements de « Garde » ne sont pas placés au hasard. Ils suivent et balisent les axes principaux et ils sont systématiquement sous le regard d’un « Signolle »

Print Friendly, PDF & Email