Le LIGER et les Ligériens.

 

Première partie :

Les noms de « l’Allier »  et de « la Loire »

Depuis l’antiquité jusqu’à la Renaissance

 

            Le Liger : c’est le nom d’un fleuve qui revient très souvent dans le texte de Jules César de « La guerre des Gaules ».

            Au premier siècle de notre ère “Le Liger” c’était l’Allier plus la partie Nord de la Loire actuelle. Ce sont les Géographes, Strabon et Ptolémée qui le décrivaient ainsi.

            Marcelin Boudet un historien Auvergnat et président du tribunal de St Flour a répertorié en 1890 sur un petit livre des dizaines de textes du moyen âge qui mentionnent « Liger » le nom du  fleuve Clermontois pour parler de l’Allier. Son étude confirmait les textes de Strabon et les cartes de Ptolémée.

            Avec toutes ces informations sur le Liger, on peut se demander pourquoi est ce que ce sont les habitants des départements de la Loire et de la haute Loire qui portent les noms de Ligériens et d’Altiligérien et non pas ceux de l’Allier?

Strabon : « L’Allier c’était le Liger »

Strabon (-65 / + 25)

 Strabon

Strabon ne nous a laissé que très peu d’informations sur sa vie. Il est issu d’une famille illustre d’Amasée, famille qui a eu un rôle important dans la vie politique du royaume. Il s’installa à Rome probablement juste avant la mort de César, ce qui fait de lui une source supplémentaire pour l’étude de l’histoire romaine sous Auguste. À ses nombreux séjours à Rome s’ajoutent d’autres voyages, notamment dans le reste de l’Italie, en Gaule mais aussi en Afrique (Éthiopie, Égypte en particulier). Son voyage en Égypte et plus précisément sur le Nil s’est fait en compagnie d’Aelius Gallus, préfet romain qui fut un de ses grands amis. Ses nombreux voyages lui permirent d’accumuler une documentation suffisante pour écrire la Géographie, un ouvrage en 17 livres, organisés par région. Fondé sur une démarche scientifique et ethnographique, cet ouvrage apparaît comme une œuvre notable pour l’époque du fait de son ampleur. On sait également que Strabon a écrit, avant la Géographie, des Commentaires Historiques en 43 livres. 

Les textes de Strabon sont très clair :

un clic sur image pour les agrandir

Le Liger arrose Némossos pas le Lauer

L’Allier  arrose Clermont Ferrand

clic sur image

Le Liger ne peut pas être la Loire sinon les Arvernes vivraient dans les monts du Lyonnais

clic sur image

Ptolémée: L’Allier c’était le Liger

Ptolémée (90 / 168)

Ptolémée est le géographe qui a pour la première fois tracé des méridiens et des parallèles. Une cinquantaine d’années après Strabon, il a dessiné sur une carte le « Liger » dans le bassin Clermontois. Il baigne les murs de Némossos exactement comme l’a décrit Strabon.

Ptolémée trace sur sa carte les villes de Roanne et de Feurs bien à l’Est du Liger mais ne dessine pas la Loire le fleuve qui arrose ces deux villes.

Lien de la carte ici

Au moyen âge l’Allier c’était le Liger

 

 

 

Marcelin Boudet (1834 – 1915)

 

Cet historien Auvergnat avait remarqué que tous les documents du moyen âge qui mentionnaient le nom du fleuve Allier Clermontois parlaient  « du “LIGER”. Il en avait sélectionné quelques uns dans un petit livre.

 

                                                               clic sur image

Dix neuf exemples plus une dizaine pour le poste N° 11 cités par Marcelin Boudet ci dessus confirment que le fleuve Clermontois se nommait « Liger » au moyen âge. Tous les rédacteurs de ces textes anciens ne se connaissaient pas entre eux, ils ont été écrits à des époques et des lieux différents. On ne peut pas douter de la sincérité de ces textes pas plus que de ceux de Strabon et de Ptolémée.

Marcelin Boudet va conclure:

Démonstration de Marcelin. Boudet sur la chaine évolutive des toponymes :

«  Liger et Lauer ».

Au XVIème siècle l’Allier va être rebaptisé “l’Elaver” 

C’est le Florentin Gabriel Siméoni qui va baptiser l’Allier “Le Lauer”

            Siméoni un Florentin voyageait beaucoup entre l’Italie et la France. Il n’avait pas trouvé de mécène dans l’entourage des cours royales. Après un passage à Lyon,  Guillaume Duprat l’évêque de Clermont le recrute pour un projet d’alimentation en eau de sa ville depuis celle de Royat. Il prend le titre d’ingénieur.

            Pendant cette période, il commence un ouvrage littéraire descriptif de la Limagne d’Auvergne. C’est là qu’il trouve au pied d’une colline au Sud de Clermont Ferrand une ferme du nom attesté de « GIRGIA ».  Pour lui c’était suffisant pour que la colline voisine soit « Gergovie ». Il ne tiendra pas comte des très nombreuses descriptions de l’oppidum qui sont décrites dans le texte de César. C’est sans compétence archéologique que Siméoni rebaptise la colline du village de Merdogne «  Gergovie ». Il le dessine dans  sa description de la Limagne d’Auvergne  et c’est là que l’on découvre  en 1560 pour la première fois le nom de « Gergovie ». Cet oppidum avait disparu depuis 1600ans. 

1558, Nous sommes à la fin du moyen âge, l’histoire de France pas plus que celle de Gergovie ne passionnait  les foules mais l’hypothèse Siméoni était notée noir sur blanc sur un croquis de l’Auvergne.

            Toutefois pour  Siméoni il restait un gros problème à résoudre pour son hypothèse. A Clermont Ferrand c’était « Le Liger » qui était le nom du fleuve comme l’a si bien démontré Marcelin Boudet.

            Problème: César était à Décize sur la rive Nord de la Loire actuelle quand il écrit dans son texte de « la guerre des Gaules » :

Livre VII ch34:  César donne quatre légions à Labiénus pour aller chez les Sénons et les Parises; lui-même, à la tête de six autres légions, il s’avance vers Gergovie, le long de la rivière l’Elauer.Il avait donné à Labiénus une partie de la cavalerie, et gardé le reste avec lui. A la nouvelle de la marche de César, Vercingétorix fit aussitôt rompre tous les ponts de la rivière, et remonta le fleuve sur la rive gauche.

 

Carte de la Limagne d’Auvergne d’après Siméoni.

 Carte (origine B.N.F)

Le village de Merdogne n’est pas représenté mais la colline s’apellera désormais Gergovie sur toutes les cartes. Au pied de cette colline le lac de Sarliève que César ne décrit pas. Il aurait été assèché à l’époque de la bataille de Gergovie ! ! ! 

Sur l’image ci dessous le fleuve Allier porte deux noms l’Allier et l’Elaver. Depuis la plus haute antiquité jusqu’à la création de cette première carte d’Auvergne le fleuve se nommait le Liger. A partir de cette carte les géographes reproduiront l’Auvergne sans savoir que “Gergovie Merdogne” n’est qu’une hypothèse.

Le Nord est à la droite du plan de Siméoni. On peut voir que l’armée Gauloise suit l’armée Romaine vers le Nord.C’est à dire après la défaite de César. Il écrit Livre VII ch 53: Les ennemis n’essayèrent même pas de le suivre, et le troisième jour, il arriva sur les bords de l’Elauer, rétablit le pont et le passa avec l’armée. Ce dessin confirme la méconnaissance de Siméoni du texte de César.

Le nom de l’Allier au XVIIème siècle

Johannes Blaeu, né le 23 septembre 1596 à Alkmaar et mort le 26 mai 1673, est un cartographe et éditeur néerlandais. Le village de Merdogne ne figure pas sur cette carte. Le nom de Gergovie est porté sur une colline déserte qui n’a aucun intéret ni pour les voyageurs de cette époque ni pour les militaires.

clic sur les cartes

Sur cette carte il précise que l’Allier se nommait:

“Elauer selon Siméoni”.

Titre :« La rivière Allier : « Elaver » dans les commentaires de César »

 

En conséquence

 

            Par opposition à l’Elaver de Siméoni les gens des départements de la Loire et Haute Loire deviendront des Ligériens et des Altiligériens comme les gens de la partie Nord de ce fleuve.

En -52 César parlait du fleuve « LE LAUER »

En 1641  la Loire s’écrivait:  « LE LOYRE »

Ces deux noms ont la même phonétique.

(Carte B.N.F)

Les flux commerciaux devenus plus importants dans la partie Forézienne “Le Loyre ou l’Elauer” imposeront le nom de la Loire sur tout le fleuve.

Le fleuve Clemontois gardera le nom d’origine “d’Aliger” qui a évolué en  “Allier”.

Livre VII ch34:  César donne quatre légions à Labiénus pour aller chez les Sénons et les Parises; lui-même, à la tête de six autres légions, il s’avance vers Gergovie, le long de la rivière l’Elauer.Il avait donné à Labiénus une partie de la cavalerie, et gardé le reste avec lui. A la nouvelle de la marche de César, Vercingétorix fit aussitôt rompre tous les ponts de la rivière, et remonta le fleuve sur la rive gauche.

Le texte de Marcelin Boudet posait un problème à l’empereur.

 

            Cependant les informations de Marcelin Boudet sur l’appellation « Liger » du fleuve Clermontois  contrariaient Napoléon III. Pour trouver une solution au problème impérial Boudet à proposé une l’hypothèse :

            Le fleuve Clermontois portait deux noms : « El Lauer » & « Al Liger »

Comment est ce que M. Boudet pouvait connaitre le langage oral du peuple Arverne quand on vit au XIXème siècle? Pourquoi est ce que « Jules César » aurait adopté le langage du peuple pour désigner cette partie du fleuve? Pourquoi est ce que les lettrés du moyen âge ont utilisés un nom différent de celui du peuple pour désigner cette partie amont du fleuve Liger ?

            D’après M. Boudet, seul César et la « populace » Arverne auraient désigner le « Lauer » pour parler de l’Allier. Les lettrés l’auraient nommés « Le Liger ». Quand à la Loire Marcelin Boudet ne nous dit pas comment est ce qu’elle se nommait à cette époque.

 Pour ne pas contrarier l’empereur, Marcelin Boudet va avoir une idée qui va plaire à Napoléon III

     L’empereur était satisfait de la conclusion de Marcelin Boudet. Il l’a nommé chevalier de la légion d’honneur et a fait rebaptiser le village de Merdogne « Gergovie » Le thème des Gaulois et de Vercingétorix leur chef aura désormais  son temple à Gergovie sur Liger.

Localiser Gergovie, c’est facile

Même pour les Indiana Jones en herbe.

Si vous voulez trouver l’oppidum de Gergovie en respectant les textes anciens à la lettre, allez sur Google Heart puis faites comme Jules César à Décize c’est à dire suivez la Loire actuelle jusqu’en Auvergne. Quand vous y serez, cherchez le long de ce fleuve « Le Lauer » un oppidum entouré de deux rivières et de hautes montagnes conformément à ce que décrit Strabon. 

Sinon suivez la démarche en cliquant sur ce lien ici.

 

Print Friendly, PDF & Email