Gergovie l’oppidum perdu.

 

Préambule.

À la fin d’une guerre, La tradition Romaine était de raser les villes qui avaient refusées de se soumettre. Elles étaient déclarées « SACER » (lire satchèré). C’était une Condamnation, une réprobation sévère voir une malédiction visant à faire disparaître de la mémoire collective ceux qui avaient oser résister à Rome. En – 146 avant notre ère, Carthage, la capitale des Phéniciens sur un site de l’ancienne Tunisie est très connue pour avoir subie cette condamnation.

En Gaule en moins 52, les oppida de Gergovie et d’Alésia étaient les principaux sièges de la rébellion contre le pouvoir Romain. Après la victoire totale de César, elles ont forcément subit le même sort que la ville de Carthage, c’est à dire être déclaré « Maudites ». Les deux cités Gauloisesn’ont pas pues échapper à la règle.

Contrairement à Carthage, les constructions en bois des Gauloisn’ont pas laissées de traces. Le but des Romains, d’effacer de la mémoire collective a si bien fonctionné que les localisations des oppida de Gergovie et d’Alésia ont du être rapidement oubliées.

1558 : Une redécouverte de Gergovie hasardeuse.

 

1600 ans après la bataille, Siméoni un Florentin qui voyageait beaucoup entre l’Italie et la France n’avait pas trouvé de mécène dans l’entourage des cours royales. Après un passage à Lyon,  Guillaume Duprat l’évêque de Clermont le recrute pour un projet d’alimentation en eau de sa ville depuis celle de Royat. Il prend alors le titre d’ingénieur.

Pendant cette période, il commence un ouvrage littéraire descriptif de la Limagne d’Auvergne. C’est là qu’il trouve au pied d’une colline au Sud de Clermont Ferrand une ferme du nom de Gergoie.  Il était en Auvergne et  sans aucune compétence ni historique ni archéologique,  il rebaptise la colline du village de Merdogne «  Gergovie ». C’est donc sur sa description de la Limagne d’Auvergne  que l’on découvre  en 1560 pour la première fois le nom de « Gergovie », oppidum disparu depuis 1600ans. L’argument de Siméoni serait aujourd’hui trop fragile pour être crédible.

1492 : Découverte de l ‘Amérique, date retenue comme étant la fin du moyen âge.

1558, Nous sommes au début de la Renaissance, l’histoire de France pas plus que celle de Gergovie ne passionnait  les foules mais l’hypothèse Siméoni était notée sur une carte d’Auvergne.

Siméoni 

Siméoni Astrologue

Ferme Iergoi

Le lidar à Merdogne

Les copiés / collés ne sont pas des preuves.

 

         Au cours des siècles suivant, d’autres géographes ont re-cartographier l’Auvergne.  Au fil du temps, ils en ont tous améliorés la qualité chacun en s’appuyant sur les travaux de son prédécesseur. Le nom de Gergovie a été reproduit sans que d’autres vérifications historique ou archéologiques aient eu lieu. Il faudra attendre 200 ans de plus, sous Napoléon III pour un premier contrôle.

C’est pour ça que depuis l’élucubration de Siméoni toutes les cartes éditées ne confirment que son hypothèse hasardeuse mais pas la crédibilité de celle ci.

Carte et vignette de la Limagne d’Auvergne dessiné par Gabriel Siméoni

“Girgia = Gergovie”  Est ce une preuve?

 

Diffusé par le site officiel: En 958, le toponyme «Girgia, Egirguia, Iergoia» (Archives départementales du Puy de Dôme, 3 G, armoire 18 sac A4), figure dans un acte de déguerpissement ou de délaissement de possession d’un bien ou alleu situé à «Gergovia».

Mais s’il suffit que le nom d’une ferme prouve que la colline qui est derrière soit Gergovie, combien de Gergovie en Haute Loire avec les patronymes “Gourgouillat Gourgouillon et Gourgaud” qui sont bien plus proches du nom “Gergovie” que nos  «Girgia, Egirguia, Iergoia» Clermontois.

Ces patronymes sont si proche du nom de”Gergovie” que les étymologistes des sites se sont sentis obligés de préciser que ce sont des patronymes du Puy de Dôme en nous montrant des cartes qui prouvent que ces patronymes sont tous géographiquement plus proche de St Maurice de Lignon que de Clermont Ferrand.

tous les “Gourgouillat”sont près de St Maurice de Lignon

1860: Gergovie et Napoléon III

 

            Revenons en Gaule quelque temps avant la bataille d’Alésia : César est en train de quitter la Gaule  avec le butin d’une campagne de victoires sauf pour Gergovie qu’il n’a pas prise. Vercingétorix le poursuivra jusqu’à Alésia où il essayera de le bloquer en attendant d’autres renforts..

            Quel a été la motivation des tribus Gauloises pour s’allier à Vercingétorix contre César ?

            -1èreHypothèse: Vercingétorix promet aux chefs de tribus le partage du butin que les Romains ont volés en Gaule. Motivation pas très patriotique mais très plausible jamais diffusée officiellement.

            -2èmeHypothèse: Vercingétorix aurait réussi à créer un esprit national Gaulois pour bouter les Romains hors du pays.

            Pas besoin de faire travailler ses méninges pour deviner le choix que fera Napoléon III qui  voulait s’assimiler au personnage de Vercingétorix ci. C’est évidemment la version « Unité nationale Gauloise » qui va être retenue pour être utilisée à ses fins politiques. L’image de Vercingétorix va être exploitée, le plateau de Merdogne va devenir  un lieu de pèlerinage historique d’intérêt national, une cathédrale de la république Laïque, le « symbole d’une France unie et indivisible ». Mais l’empereur doit promouvoir son projet.

            Napoléon III  confie alors à Stoffel son aide de camp la mission d’officialiser la localisation des villes d’Alésia et de Gergovie. Armé de cartes issues de l’hypothèse Siméoni, Stoffel descend en Auvergne pour ‘’étudier’’ le site. Sans aucune expérience archéologique, il monte sur la colline de Merdogne et trouve des vieux murs qu’il déclare être Gaulois. Il venait d’inventer l’archéologie Gauloise. Comte tenu de ses 24h d’expérience, Il aurait pu avoir un doute, mais ceci n’aurait pas plu à l’empereur.

   Confiant et sûr de lui, il ne prendra pas le risque de décevoir  Napoléon III. Stoffel confirmera l’hypothèse de Siméoni. L’empereur donnera à ce site une renommée nationale à la gloire de la France. La colline  de Gergovie Merdogne va être utilisé comme un lieu de pèlerinage laïc dédié au culte de l’unité nationale. Le village de Merdogne sera rebaptisé « Gergovie » par Napoléon III en 1865 soit disant à la demande de ses habitants.

Désormais le nom de la rivière “ELAUER” que remonte César pour aller à Gergovie sera officiellement appelée ‘L’Allier” sur toutes les traductions du texte de la guerre des Gaules.

Napoléon III  et  Vercingétorix

Vercingétorix  est  Napoléon III

Dominant la Plaine des Laumes au sommet du Mont-Auxois a été érigée le 27 août 1865 la statue de Vercingétorix, face aux camps romains, c’est en 52 avant J.C que s’est tournée à Alésia une page de l’histoire de la Gaule.
l’Empereur Napoléon III a payé sur sa cassette personnelle la statue haute de 6,60 mètres due au sculpteur Aimé Millet, celle-ci repose sur un haut socle de granit de Saulieu d’une hauteur de 7 m.
Sur le socle on peut lire une phrase qu’aurait prononcée Vercingétorix devant ses troupes :
«La Gaule unie formant une seule nation animée d’un même esprit peut défier l’univers”.
Gravée également sur le socle : Napoléon III, empereur des Français, à la mémoire de Vercingétorix.

En Bourgogne, dans la commune d’Alise Sainte-Reine, se trouve la magnifique statue de plus de 6 mètres de Vercingétorix qui s’était révolté contre Jules César lors de la guerre des Gaules.

Mais si on regarde bien le portrait, surtout le visage: il s’agit physiquement de l’empereur Napoléon III que l’on peut reconnaitre aux moustaches .

Napoléon III était un passionné de ‘la guerre des gaules’ et donc fait ériger cette statue de Vercingétorix.

Toutefois, personne jusque là c’est à quoi ressemble physiquement Vercingétorix (même actuellement) alors Napoléon III a décidé, en plus de lui donner des attributs gaulois, de lui donner son visage.

Avec Gergovie Merdogne on a le temple de la république, il n’y manquait plus que la musique pour faire des bons Français prêts à se sacrifier pour elle. Les pertes sont plafonnées à un Français sur deux. Il faudra le chanter pour l’obtention du certificat d’étude.

Utilisation politique du personnage de Vercingétorix

: Quels rôles politiques a-t-on voulu faire jouer aux monuments dressés à la gloire de Vercingétorix, vainqueur de Gergovie ? Cet article contextualise les différentes manières dont le monument dressé sur le plateau de Gergovie et le Vercingétorix de Bartholdi, place de Jaude à Clermont-Ferrand, ont été mis à contribution au service d’idées politiques des plus différentes, aux XIXe et XXe siècles

 

https://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01410214/document

1870 à 1940 : Gergovie sous la 3ème République

La pression montait entre la France et la Grande Bretagne qui se partageaient l’Afrique. Quand les Allemand ont commencés à vouloir une part du gâteau, Français et Anglais se sont uni “entente cordiale” contre cet empêcheur de piller en rond. De plus l’Allemagne construisait le “Bagdad Bahn” qui aurait pu ramené le fioul directement de la péninsule Arabique à Hambourg et ouvrir une porte vers les Indes. Une guerre se préparait secrètement dans les milieux autorisés. Mais on ne pouvait pas envoyer des soldats au combat pour des intérêts privés. L’attentat de Sarajevo, l’Alsace et la Loraine seront les moteurs et Vercingétorix sera le carburant pour motiver les Français puis se battre contre l’ennemi  Germanique.

Utilisé pour la propagande de la république, Gergovie Merdogne reçoit les honneurs dus à son statut. En 1900, un monument commémoratif est érigé sur le plateau.

Plus tard en 1903, une statue équestre de Vercingétorix sera érigée à Clermont Ferrand place Jaude. À l’époque de la construction de la statue, la France continue à se chercher des valeurs dans son passé historique et laïc.

Le même thème ressort « Les Gaulois ».

C’est depuis ce temps que dans tout le pays, on retrouve les symboles des casques Gaulois ou des statues de Vercingétorix, le héros de Gergovie sur nos monuments aux morts. Même la régie des tabacs va utiliser le thème des « Gaulois » pour une marque de cigarettes du groupe Imperial Tobacco. Créée en 1910 cette marque a été très populaire en France.

Une fois de plus l’hypothèse de Siméoni avait été validée par la république qui n’a jamais pris la peine de vérifier sérieusement si celle ci tenait la route. Mais la raison d’état est prioritaire. Pas moyen d’échapper au culte de Vercingétorix incrusté dans nos mémoires collective dès l’école primaire, il fera partie du catéchisme laïc de la République.

Diffusé par la presse et Enseigné dans les écoles  l’objectif « Gergovie » atteindra rapidement son but de fédérateur de l’unité nationale. Cette peinture de Lionel Royer – 1899 sur la photo de droite sera le meilleur porte étendard de l’affaire Vercingétorix on peut la voir auPuy-en-Velay à 40 km de St Maurice de Lignon.

1930: Enfin une première étude plus sérieuse.

 

En 1930, le révérend Gorce reprend les investigations de Stofel. S’il le critique sur de nombreux points, il confirme l’existence de fossés bien que le profil de ce qu’il avait trouvé ne correspondait pas à celui des deux fossés décrits par César.

1933: Une réaction .

 

Conscient des incohérences entre La Géographie de Merdogne et les descriptions très précises du texte de César, le site officiel était loin de faire l’unanimité des Clermontois

À la même époque, en 1933, paraît un ouvrage dans lequel un nouveau protagoniste, Maurice Busset, s’oppose courageusement à la localisation de Gergovie sur le plateau de Merdogne et propose celle du plateau des Côtes de Clermont, juste au nord de la ville. Clermont Ferrand avait deux « Gergovie », un au Nord et un au Sud de la ville.

1942 : Gergovie sous Vichy.

 

Jamais Pétain ne visita aussi souvent une ville française que Clermont. Au printemps 42, il a même gravi Gergovie, haut-lieu de la résistance gauloise, pour célébrer la France « une et indivisible ». Sous tous les régimes, la république viendra se revigorer sur le plateau de Gergovie.

L’’image de Vercingétorix et du plateau de Gergovie est encore utilisé comme un moyen de communication patriotique et nationaliste.

 

1952 : 2ème Gergovie: Sur les « Côtes de Clermont ».

 

À partir de 1952, Paul Eychart reprend les recherches de Maurice Busset sur le site des Côtes et réalise de nouvelles fouilles qui confirment l’occupation du site du néolithique à la conquête romaine, et au-delà, jusqu’au IVe siècle après J.-C.

Sur la colline de Chanturgue, il met au jour et reconnaît les structures d’un camp romain. Une comparaison de la topographie et des données du texte de César permet dès lors à Paul Eychart de reconstituer des étapes de la bataille. Cela  le conduit à associer dans un emplacement de la vieille ville de Montferrand le grand camp de César.

Années 1980: Deux autres hypothèses.

Mais une fois encore tous les éléments décrits par César ne se retrouvent pas sur le site de Gergovie des cotes de Clermont. Voilà pourquoi l’histoire ne se finira pas sur cette deuxième hypothèse puisque deux oppida de plus vont venir revendiquer le titre.

3ème Gergovie:  Le Crest

Après Merdogne et les Côtes de Clermont, c’est Emile Mourey qui proposera le troisième Gergovie en expliquant que la cité Gauloise se trouvait sur l’oppidum de « Le Crest ».

4ème Gergovie:  Corent

Puis Jean Baruch déclarera une quatrième hypothèse sur le site de Corent où un sanctuaire Gaulois sera officiellement mis a jour.

Vercingétorix un héros républicain

MERCREDI, 19 FÉVRIER, 1997

L’HUMANITÉ : ANDRE SIMON.«Vercingétorix et l’idéologie française»

Il est toutefois un personnage de notre mythologie nationale qui fait l’unanimité, à droite comme à gauche, mais dont on n’a guère éprouvé la nécessité de commémorer officiellement les exploits, c’est Vercingétorix: c’est en effet en 1952 que l’on aurait dû célébrer le bimillénaire de Gergovie et d’Alésia; c’était l’année du fameux emprunt Pinay; Or, Vercingétorix occupe une place essentielle dans notre imagerie historique et dans l’idéologie française, comme un ouvrage d’André Simon vient opportunément de le rappeler.

2014 : 5ème Gergovie:

c’est la version officielle.

 

La communauté scientifique va changer son fusil d’épaule et publier une cinquième hypothèse. En effet Gondole et Corent, deux oppida au Sud Est Clermontois vont être fouillés. D’énormes découvertes archéologiques Gauloises vont être mises à jour. Elles seront beaucoup plus importantes que celles de Merdogne. Cet ensemble de trois oppida va à l’encontre du texte de César qui n’en a vu qu’un. Mais le texte de César n’a que peut d’intérêt pour les érudits Clermontois qui vont conclure :

 « La ville de Gergovie serait un ensemble de trois oppida »

Merdogne, Corent et Gondole.

 

César doit se retourner dans sa tombe. Il n’en a vu qu’un. La bataille décrite dans la guerre des Gaules devient de moins en moins lisible. Le site internet officiel concentre les informations de 200 ans d’étude par des érudits sur le terrain de Merdogne. Ils nous proposent un bref résumé littéraire de 20 lignes pour toute explication de la bataille de Gergovie sur trois oppida.

Si Gergovie était un ensemble de trois oppida, ce que les Merdonniens oublient de parler, c’est de la métropole des Arvernes.

 

Mais où est passé Némossos  ? ? ?

 

Print Friendly, PDF & Email